Le jeune ivoirien embauché par Jean Ping aux élections présidentielles 2016 bientôt libre

0

Son procès s’est ouvert ce jour au Palais de justice de Libreville, situé à un jet de pierre de celui qui l’avait embauché en 2016 pour faire une sale besogne. Après avoir purgé près de 4 ans sans le moindre soutien matériel, financier ou psychologique de son ex employeur, il a comparu ce vendredi 21 août 2020 aux alentours de 11heures. Me Hermann Zassi Mickala, son avocat, a s’est gracieusement occupé de son dossier.

Après la plaidoirie de l’avocat du mis en cause, les juges ont décidé de le condamner à 5 ans de prison dont un an avec sursis assorti d’une interdiction de séjourner au Gabon pendant 10 ans ainsi qu’une amende de 2 millions de francs CFA. Rappelons que ce dernier était poursuivi pour : de diffusion de fausses informations et des pièces falsifiées ainsi que la transmission sans autorisation des signaux à l’aide d’installation de télécommunication frauduleuse.

Yeo Sihifowa retourne, certes à la maison d’arrêt de Libreville, mais il sera libéré le 13 septembre prochain. Un soulagement pour Me Hermann Zassi Mickala qui rappelle que son client, livré à lui-même dans les geôles de la prison centrale, s’était résolu à faire les corvées des autres détenus pour trouver de quoi se nourrir.

Durant ces 4 longues dernières années, Jean Ping qui a sollicité ses services d’ingénieur en programmation l’a complètement ignoré. C’est un homme meurtri qui regagnera très bientôt son pays après fait de la prison pour avoir répondu à une offre d’emploi d’un candidat habitué à la fraude.

selonlarepublique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici