La fièvre, une infection liée « uniquement » au Covid-19 durant l’épidémie : quelle aberration !

0

« En période de pandémie du Covid-19, toute fièvre doit être considérée comme une infection liée au coronavirus », ces propos sont de Guy Patrick Obiang Ndong, porte-parole du comité de pilotage au plan de veille et de riposte contre l’épidémie à coronavirus au Gabon. 

Nous tenons à rappeler au porte-parole du Copil que malgré, l’épidémie du coronavirus, il existe malheureusement encore de nombreuses pathologies qui sont aussi à l’origine des fièvres. Alors prétendre, aujourd’hui, que « toute fièvre  doit être considérée comme une infection liée » au Covid-19, est médicalement faux et inacceptable. 

La fièvre est un symptôme lié à la présence d’un corps étranger dans l’organisme comme une virus, un parasite, une bactérie  ou encore un allergène. Si, on souffre de la gastro-entérite, de la grippe, du paludisme, etc., cela s’accompagne le plus souvent de fièvre. Le Copil fait désormais dans la confusion, on met tous les œufs dans le même panier étrangement.  Et, pourquoi ?  

Qu’est-ce qui est à l’origine de la fièvre ?  Comme nous l’avons esquissé ci-dessus, lorsqu’un agent pathogène  pénètre  dans l’organisme, le système immunitaire se déclenche. Les cellules de défense combattent l’intrus tout en larguant dans le corps des molécules, appelées « cytokines ». Ces dernières vont faire augmenter la température générale de notre corps, en titillant l’hypothalamus (le thermomètre du corps humain). La fièvre est donc l’élévation anormale de la température corporelle, dépassant  les 38°C et provenant généralement d’une infection ou des maladies inflammatoires. 

La fièvre n’est pas en elle-même dangereuse. Le taux de mortalité est plus élevé dans les infections bactériennes sévères sans fièvre et les médicaments qui font baisser la fièvre (antipyrétiques) pourraient retarder la guérison de certaines infections virales. La fièvre ne doit pas être traitée systématiquement. 

Si l’enfant ou l’adulte supporte bien la fièvre, il n’est pas nécessaire de la baisser, parce qu’elle reste « l’indicateur de la maladie le plus facile à recueillir pour suivre son évolution. Par exemple, si l’on donne un traitement, il faut pouvoir évaluer s’il fonctionne ou non. Si l’on décide de faire baisser la fièvre, il faut donc trouver un autre indicateur de l’évolution de la maladie », précise le Pr Jean-Paul Stahl. 

Assimiler chaque poussée de fièvre au Covid-19, même en pleine épidémie au Gabon, est plus qu’une erreur de jugement et reste incompréhensible aussi bien médicalement que politiquement. Que le Copil aille jusqu’au bout de son illogique, en estimant qu’hormis la fièvre, toute toux sèche, toute fatigue, toutes courbatures, tous maux de gorge, toute diarrhée, toute conjonctivite, tous maux de tête, toute perte de l’odorat ou de goût, ou toute éruption cutanée « doit être considérée comme une infection liée au coronavirus ». 

P.O

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici