Propagation du Covid-19 au Gabon : le gouvernement, le principal responsable ?

1

Le gouvernement gabonais nous a habitué, depuis le début de cette crise sanitaire, à n’être responsable de rien. Ils ont commencé à travailler dans les années 90. Ils sont pour la plupart au gouvernement que depuis 2009, donc ils ne sont nullement solidaires et responsables des succès et des échecs des gouvernements précédents. Puisque ce gouvernement de Julien Nkoghe Bekale ignore le principe de la continuité de l’Etat au profiter de la politique des cours de récréation, avec notamment le fameux « ce n’est pas moi maîtresse, c’est lui ». Ce gouvernement fait ainsi corps avec Jean-Paul Sartre qui estimait que : « L’enfer, c’est les autres.  » 

Selon le gouvernement, l’incivisme des populations est l’unique responsable de la propagation du virus dans notre pays. Une nouvelle fois, ce gouvernement s’est dédouané et a accusé sans ménagement sa population. Nous tenons cependant à rappeler que l’Etat doit en réalité protection à ses citoyens. Protéger la personne humaine, dans son intégrité physique comme dans ses biens et droits. Protéger les libertés fondamentales telles que les libertés d’expression, de réunion, d’association, de conscience, etc.  

 Le confinement qu’il soit total ou partiel est un système carcéral.  Car, il y a une privation de liberté, et lorsqu’elle s’accompagne d’incohérences et de tâtonnements du gouvernement, on assiste à une hostilité envers les décisions prises. Ce que le gouvernement appelle l’incivisme n’est en réalité qu’une manière maladroite de défendre l’un des droits fondamentaux, qui est le droit de circuler. Et ce phénomène a été observé dans tous les pays du monde qui ont confiné leurs populations. 

Durant cette période de crise sanitaire, le gouvernement a pourtant laissé transparaître de nombreuses insuffisances dans sa gestion de la lutte contre le Covid-19 et les mesures d’accompagnement. Ce qui a d’ailleurs favorisé la défiance des populations envers le gouvernement. L’incivisme dénoncé par le gouvernement n’est en réalité qu’un manque de confiance, une désapprobation de l’action gouvernementale. Autrement dit, les populations n’ont plus foi en leur gouvernement et cela se manifeste par la désobéissance des mesures, des recommandations prises. 

 Le gouvernement est donc le principal responsable de cette relation de défiance qui s’est installée entre lui et ses populations. D’abord par sa communication incohérente durant cette crise sanitaire. Marchés ouverts 3 jours par semaine, non, ce sera finalement toute la semaine. Reconduction du confinement total. Non, on revient au confinement partiel. Masques obligatoires, sans avoir mis, au préalable, des masques à la disposition des populations… Une communication faite de couacs et de rétropédalages. 

C’étaient pas aux populations  « inciviques » de fermer, par exemple, les frontières aériennes ou de suspendre les vols en provenant de la France ou de la Chine. Mais, c’était plutôt au gouvernement de le faire.  

C’étaient pas aussi aux populations  « inciviques » d’empêcher les attroupements de personnes aux Ministères de l’Intérieur et, de l’Économie et des Finances  pour respectivement l’obtention des laissez-passer et le retrait des documents destinés aux bailleurs. Mais, c’était plutôt au gouvernement de le faire.  

C’étaient pas également aux populations  « inciviques » d’équiper les personnels de santé en matériels sanitaires de protection. Mais, c’était plutôt au gouvernement de le faire. 

C’étaient encore moins aux populations « inciviques » de faire respecter les mesures barrières notamment celle interdisant un rassemblement de plus de 10 personnes  lors des obsèques du Dr Tanguy ( où nous avons vu de nombreuses personnes venues lui rendre hommage sans tenir compte des mesures barrières) et Alexis Ndouna ?  Non, c’était plutôt au gouvernement de le faire. Et comme par hasard, c’est après les obsèques d’Alexis Ndouna que l’on enregistre des cas au Haut-Ogooué. 

C’étaient certainement aux populations « inciviques » de faire respecter l’interdiction de se rendre à Port-Gentil ou à Bifoun ? Non, c’était plutôt au gouvernement de le faire pour empêcher le propagation du virus hors du Grand Libreville.  

C’étaient aussi aux populations « inciviques » de mieux organiser la distribution des kits ou autres dons alimentaires, qui ont clairement favorisé  la propagation du Covid-19 ? Non, c’était  plutôt au gouvernement de créer un cadre approprié, composé de professionnels et des forces de sécurité et de défense pour éviter les attroupements que nous avons pus observer dans les quartiers Libreville.  

 Comment ne pas être défiant envers un gouvernement qui n’arrive pas à matérialiser la parole du Président de la République, qui avait pourtant affirmé que les mesures d’accompagnement demeurent malgré le basculement au confinement partiel.  Où en sommes-nous? Ou sont les kits alimentaires du mois de mai ? Où est la gratuité de l’électricité et de l’eau du mois de mai ? Pourquoi les bus de transport gratuit ont diminué en nombre ? etc. 

La gestion calamiteuse de la crise sanitaire est ce qui nourrit la défiance des Gabonais vis-à-vis de leurs dirigeants. Déjà qu’avant cette crise sanitaire, les populations ne faisaient plus majoritairement confiance à leurs institutions et à leurs gouvernants, le Covid-19 n’est venu qu’accentuer ce phénomène, qui se manifeste par l’incivisme. Le gouvernement devrait donc rétablir cette confiance afin que les populations puissent à nouveau croire en lui. 

P.O

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici